Programme Prise de Masse - Optimiser la Construction Musculaire

 

Vous allez trouver ici 3 de mes meilleures templates d’entraînement de musculation pour un programme prise de masse.

Vous pourrez les utiliser tel quel, mais également les personnaliser à votre guise grâce au contenu de cet article.

En effet avant de vous les présenter, je vais détailler quelques principes essentiels à connaître afin de les utiliser au mieux.

Sans ça vous n’obtiendrez jamais les mêmes résultats que quelqu’un qui comprend ce qu’il fait et qui peut optimiser son entraînement en plus d’appliquer un entraînement, quel que soit votre programme d’entraînement.

 

On va partir des bases de la bio mécanique pour aller vers le concret dans la composition de vos séances d’entraînement pour optimiser la construction musculaire quand on cherche à créer un programme prise de masse complet.

Ne vous inquiétez pas je vais aller à l’essentiel et simplifier les choses en gardant seulement ce qui est important à retenir.

 

Pourquoi vous devriez lire cet article plutôt qu’un autre ?

Je suis coach Bayesian Certifié Science Evidence Based (basé sur les recherches scientifiques) depuis septembre 2020 (vous pouvez me retrouver dans l’annuaire ici) et je m’entraîne depuis pratiquement 10 ans en home gym.

Tout ce qui est dans ces article est donc basé de ma propre expérience, de mes recherches et de ma formation scientifique.

 

Voici donc ce que je vais aborder dans cet article :

  • Comment fonctionne la construction musculaire
  • Les meilleurs exercices pour faire grossir les muscles
  • L’intensité et le nombre de répétitions
  • Les charges à utiliser en fonction de votre niveau
  • Le volume d’entraînement
  • Les temps de repos
  • La clé pour devenir plus musclé et plus fort : la progression
  • Les templates d’entraînement avec plusieurs méthodologies de progression

 

 Avant de commencer, j’aimerais aborder deux questions.

 

Comment prendre de la masse Musculaire rapidement ?

 

Est-ce qu’il est possible de construire du muscle en un ou deux mois ?

Oui mais …

Ce ne sera pas 100 % de muscle sec.

Ce sera un peu de muscle, de l’eau, du glycogène.

La difficulté sera ensuite de garder les gains en poids et de doucement les transformer définitivement en muscle.

Avec de la volonté, il est possible de voir un changement très rapidement.

En appliquant les bonnes étapes, dans le bon ordre et en suivant une stratégie.

Avec un bon programme d’entraînement, une bonne nutrition, une bonne motivation et surtout de la REGULARITE, il est possible, au début, de prendre jusqu’à 5kg de masse en 3/6 mois, sans forcément prendre beaucoup de gras.

Si vous êtes débutant, cela vous donne l’avantage de progresser beaucoup plus rapidement, si vous partez sur des bonnes fondations.

 

Y’a-t-il un secret pour faciliter tout ce processus ?

 

Je suis désolé mais la réponse est non…

Les seules options sont : le travail, la régularité, la motivation, la volonté…

Bien sûr, il y a des moyens d’être efficace et efficient, et c’est ce que je vais vous montrer.

Mais il n’y a pas de réels raccourcis.

 

Pourquoi voulez-vous prendre du muscle ?

 

Il y a potentiellement des tas de raisons qui peuvent vous pousser à vouloir devenir plus musclé.

-        La confiance en soi

-        Un corps musclé paraît plus jeune et surtout attire les yeux des femmes

-        Plus vous êtes musclé, plus votre corps brûle les cellules graisseuses

-        Cela améliore la qualité de la vie : on se sent bien dans son corps, on se sent fort, en bonne santé et on a plus de facilité pour les tâches physiques de la vie quotidienne

-        De prendre du muscle et d’atteindre ses objectifs devient un état d’esprit : on apprend que pour avoir quelque chose, il faut le mériter. On a alors plus de chance de succès dans tous les domaines de la vie que quelqu’un de « normal »

 

Je pourrais en donner encore beaucoup d’autres mais je pense que vous avez compris le message : avoir un physique fort, plus musclé et en excellente santé contribue grandement au bonheur, à l’épanouissement et également à la réussite.

La musculation n’est pas juste un sport, cela devient un mode de vie car elle n’apporte pas seulement une force physique mais aussi mentale, comme beaucoup d’autres sports d’ailleurs.

Alors maintenant que l’on a mis cela au clair,

Commençons !

 

Les concepts de bases

 

Comment fonctionne la croissance musculaire ?

Pour résumé simplement comment cela fonctionne, la prise de masse musculaire fait partie du processus d’adaptation après que les muscles aient subis un stress (comme la destruction des tissus musculaires). Cela démarre par la réparation et se fini par la surcompensation qui est la construction de nouveaux tissus musculaire. Cette adaptation est donc le but de l’entraînement.

Maintenant, quels sont les différents types de stress qui peuvent déclencher la construction musculaire ?

Il y a 3 manières de faire grossir un muscle :

  • Tension musculaire / mécanique sur les fibres musculaires
  • Stress métabolique
  • Dommages musculaires

 

La tension musculaire est provoquée par la réalisation d’exercice avec une amplitude maximale (donc un bon étirement du muscle) pour un certain temps sous tension et avec une certaine charge. Cela veut dire que plus il y a une forte contraction du muscle pour effectuer un mouvement, plus il y aura de tension mécanique.

Le stress métabolique survient tout simplement lorsque l’on a une bonne congestion et que l’on sent que le muscle travaillé brûle.

Les courbatures sont un bon signe de dommages musculaires mais ne sont pas obligatoires. Ces dommages sont provoqués par l’utilisation d’exercices dont les muscles ne sont pas habitués, par l’allongement de la durée négative d’une répétition ou lorsque l’on soulève un poids plutôt lourd, avec des exercices de base principalement (concept expliqué plus bas), pour plus de répétitions ou plus de séries que la séance précédente.

Les deux derniers jouent un rôle, mais les preuves scientifiques ne sont pas convaincantes là-dessus. Le principal facteur de la croissance musculaire est donc la tension mécanique. De plus, en pratique, la masse musculaire et la force sont fortement corrélées.

 

Les exercices

Un entraînement axé sur la prise de masse peut se composer en deux types d’exercices :

  • Les exercices de base : ils vont faire travailler principalement les grands groupes musculaires et font intervenir plusieurs articulations. Ces exercices vont libérer un maximum d'hormones de croissance et de testostérone et ainsi sont les plus efficaces pour prendre de la masse et de la force. En effet, un moyen sûr de gagner du muscle est de gagner de la force. On peut retrouver par exemple le squat, le développé couché, le soulevé de terre, le tirage dos (à la poulie ou traction lestée), le développé militaire, ...

 

  • Les exercices d'isolation ou accessoires : ils permettent d'isoler un petit groupe musculaire et permette de "tailler" le muscle afin d'obtenir une meilleure définition musculaire. Ils servent de finition pour le muscle. Ils sont utiles également pour améliorer ses performances avec les exercices de bases comme le Big 3 (Squat, Développé Couché, Soulevé de Terre) car leur travail permet de soutenir les muscles principaux. Cela permet d’équilibrer un physique et de combler les faiblesses afin de devenir globalement plus fort. Ils sont en général effectués en fin d'entraînement, après les exercices de base.

 

Note sur le choix des exercices : les meilleurs exercices pour optimiser la construction musculaire ne sont pas forcément les mêmes pour tout le monde. Il faut tenir compte de la morpho-anatomie.

Par exemple, pour le développement des pectoraux, on parle beaucoup du développé couché comme le meilleur exercice pour la masse. Et pour certaines personnes c’est vrai.

Mais pour d’autres, qui ont de base une petite cage thoracique et / ou de longs bras, ce ne sera pas le cas. En effet, ce sera ici principalement les épaules qui feront le travail avec les triceps. Ces paramètres font partis des spécificités génétiques de chacun et on ne peut rien n’y faire.

Donc pour quelqu’un qui a une petite cage thoracique ou / et de longs bras, un meilleur exercice que le développé couché serait le développé décliné. Cet exercice va réduire l’étirement des épaules en position basse et permettra d’avoir une trajectoire de barre rectiligne ce qui permettra de réaliser une meilleure amplitude et ainsi de mieux stimuler les pectoraux.

De plus, le travail des deltoïdes sera soulagé et il y aura moins de risque de blessures au niveau des épaules.

J'ai écrit un article complet sur le choix des meilleurs exercices pour prendre de la masse musculaire, vous pouvez le lire en cliquant ici (ça ouvrira le lien sur une autre fenêtre).

 

 

L’intensité et le nombre de répétitions

Il n’y a pas vraiment de fourchette de répétitions optimale pour la construction musculaire.

Ce qui compte c’est plutôt le nombre de séries totales pour un groupe musculaire à une intensité donnée.

L’intensité est mesurée en fonction du pourcentage du 1RM (c’est-à-dire le poids maximal avec lequel on peut réaliser seulement 1 répétition).

Logiquement si on ne réalise que des séries avec un intensité de 90%+ du 1RM et donc des séries courtes, il faudrait en faire un peu plus que si on utilise une intensité de 70% afin que le volume soit équivalent.

Effectivement, le principal facteur de la prise de masse musculaire est la tension mécanique et soulever de charges plus lourdes nécessitent généralement une plus grande tension mécanique. Donc à volume équivalent (nombre de répétitions totales sur toutes les séries) les séries lourdes devraient être plus efficaces que les charges légères.

Ainsi, la fourchette comprise entre 6 et 12 répétitions pour l'hypertrophie est en fait uniquement basée sur des sensations subjectives à l’entraînement.

On peut très bien faire grossir ses muscles avec des séries de 5 répétitions qu’avec des séries 20,30 répétitions. Cela équivaut à une intensité allant de 30% à 85-90% du 1RM.

Les recherches confirment à ce jour qu'un volume de travail avec peu de répétitions mais une intensité élevée génère un niveau d'hypertrophie similaire qu'avec plus de répétitions par série (pour un même volume total) avec un développement de la force plus important.

Les charges plus lourdes sont évidemment meilleures pour le développement de la force, et pour les séries de 1 à 4 répétitions, il faudra effectuer des séries supplémentaires pour atteindre le seuil minimal de croissance musculaire.

La différence après va se faire ressentir sur la longévité. Pour la santé des articulations, c’est beaucoup plus stressant de soulever des charges lourdes.

Donc si l’on veut durer longtemps, je pense qu’il est important d’équilibrer les charges et même à partir d’un certain âge d’éviter de soulever des charges très lourdes.

Attention avec les poids lourds : il faudra toujours être en mesure de contrôler le mouvement et d'avoir une technique irréprochable !

La clé pour provoquer de la croissance musculaire va être, surtout pour les séries comprenant beaucoup de répétitions, de mener ses séries de travail proche de l’échec, progressivement. On verra cela plus loin dans l’article dans la partie progression.

 

Les charges en fonction du niveau

Les niveaux d’intensité à sélectionner pour son entraînement ne vont pas être les même selon son niveau.

En effet, les plus avancés tirent d’avantage profit d’intensités plus élevées que les débutants. Ils ont une meilleure tolérance au stress métabolique et ont une adaptation neurologique plus développée, c’est-à-dire qu’ils ont une meilleure technique d’exécution pour un exercice donné à force de la faire et ainsi ils ont une meilleure connexion cerveau-muscles, ce qui augmente les performances.

Voici ce que je recommande en termes d’intensité en fonction du niveau et du type d’exercices :

Pour les débutants :

  • Pour les exercices d’isolation : 50 à 60 % du 1RM
  • Pour les exercices poly-articulaires : 60% et + du 1 RM

Pour les intermédiaires :

  • Pour les exercices d’isolation : environ 65 % du 1RM
  • Pour les exercices poly-articulaires : 80% et + du 1 RM

Pour les avancés :

  • Pour les exercices d’isolation : 70 % du 1RM
  • Pour les exercices poly-articulaires : 85% et + du 1 RM

 

Le nombre de séries et le volume total

On a parlé du nombre de répétitions en fonction de l’intensité et de la relation entre les deux, mais pas du nombre total de séries.

On peut donc approcher le volume de différentes manières :

  • La charge totale (reps x séries x charge)
  • Les répétitions
  • Les séries

Comme nous l’avons vu, l’intensité, si elle est comprise environ entre 30 et 90 % du 1RM, pour des séries effectuées proche de l’échec, n’affecte pas beaucoup la quantité de croissance musculaire générée.

En tenant compte de ce paramètre et pour simplifier le suivi du volume de l’entraînement, on peut suivre le nombre total de séries par groupe musculaire par semaine.

Pour connaître le volume optimal, il y a plusieurs paramètres à prendre en compte qui vont être unique à chacun :

  • le niveau d’entraînement (pour à peu près les mêmes raisons que l’intensité),
  • le facteur de récupération (stress, sommeil),
  • le facteur de bilan énergétique (calories consommées, métabolisme de base).

Je vais donc donner une fourchette de séries par semaine qui pourra vous servir de référence mais il faudra prendre en compte notamment, comme énoncé plus haut, votre capacité de récupération : généralement entre 10 et 20 séries par groupe musculaire par semaine semble être un bon nombre pour la croissance musculaire.

Attention, le volume de série par semaine n’est pas le même que celui par séance. Il est bien évident que l’on ne pourra pas réaliser autant de série de travail pour un groupe musculaire donné si on ne l’entraîne qu’une seule fois par semaine, contre plusieurs fois.

En répartissant les séries sur la semaine, la récupération est meilleure et donc la qualité des séries de travail également.

 

Les temps de repos

Entre chaque série, il faudra donner le temps à vos muscles de récupérer suffisamment de toutes les contractions et dommages infligés. Il faut un repos suffisant pour permettre de regagner une partie de votre force et de faire presque le même nombre de répétitions pour la même charge (en fonction de votre capacité de travail).

Pour les charges lourdes (1-6 reps), vous devrez vous reposer plus longtemps car le système nerveux aura aussi besoin de récupérer afin de continuer efficacement l'entraînement. Vous pourrez ici prendre entre 2 et 5 minutes de repos.

Pour les séries avec des poids modérés et plus légers, aussi bien sur les exercices de base que les exercices d'isolation, entre 60 secondes et 2 minutes peut suffire.

 

Le facteur progression

Le facteur progression est très important pour devenir plus fort, plus musclé, plus endurant, plus résistant. Cela nous permet tout simplement de savoir si on soulève plus lourd qu’avant à un exercice en particulier, si on est plus endurant, plus résistant. Et cela va affecter la prise de masse musculaire.

Si on soulève toujours la même charge pour un nombre de répétitions, le corps n’a pas besoin de s’adapter car il est toujours soumis à la même pression. Les muscles ne grossiront donc pas. La force n’augmentera pas. Avec ce scénario, on ne peut espérer que maintenir son physique actuel.

Les muscles ont besoin d’une raison pour grossir et se développer : il faut soulever progressivement plus de poids de semaine en semaine, de mois en mois et d’années en années. Les muscles doivent travailler de plus en plus dur.

On a plusieurs solutions :

  • Soit soulever plus de poidsqu’à l’entraînement précédent,
  • Soit effectuer plus de répétitions,
  • Soit soulever autant de poids en moins de temps.

Ce principe de progression ne s’applique pas seulement pour l’hypertrophie et la force mais aussi pour l’endurance, la résistance, …

Je vais vous donner quelques méthodologies de progression dans les templates d’entraînement ci-dessous.

 

Maintenant qu’on a passé la partie théorie, peut-être un peu barbante mais nécessaire, on va passer à la partie fun 😊

 

Templates de programme prise de masse

 

  1. Force et densité musculaire sur 3 jours : niveau débutant / intermédiaire

Le split de trois jours est très sympa à suivre et également très efficace (mon entraînement ressemble à ça depuis des années, à part des choix d’exercices qui peuvent être différents et des variations, ajustements personnels).

De plus, pour moi c’est ce qui est le plus facile à caler dans mon emploi du temps.

Je recommande de s’entraîner des jours non consécutifs tels que lundi/mercredi/vendredi ou mardi/jeudi/samedi.

Cela permet d’avoir une récupération maximale, ce qui signifie qu’à chaque entraînement vous serez capable de faire des records personnels de performance ( même si je ne le recommande pas de le faire souvent).

Pour chaque séance, je recommande de faire un échauffement complet (type circuit de mobilité) ainsi qu’un échauffement spécifique au moins pour le premier exercice : tout simplement faire 3-4 séries en montant progressivement le poids, jusqu’à arriver à 90% de la charge de la première série.

Par exemple pour du squat, si la première série de travail se fait à 100 kg : 10 reps à 20 kg, 5 à 50, 5 à 70, 1-3 à 90 kg. Si besoin on peut tout à fait faire ça pour d’autres exercices de la séance.

Dans cette template, la plupart de vos groupes musculaires seront travaillés deux fois par semaine. Les seuls groupes musculaires qui ne seront entraînés qu'une fois par semaine sont le dos et les jambes.

Mais, d'après mon expérience, ça fonctionne bien car, en général, ces groupes musculaires peuvent se développer plus rapidement. Les groupes musculaires les plus difficiles à construire sont les épaules, les bras et les pectoraux (en particulier le haut des pecs).

 

Entraînement A :

Développé militaire : 3 séries x 4-6, 6-8, 8-10 reps (reverse pyramide, je recommande de diminuer le poids d’environ 10-15 % à chaque série)

Chin-ups : 3 sets x 4-6, 6-8, 8-10 reps (reverse pyramide)

Rowing Barre : 4 séries x 10-12 reps

Triceps Pushdowns: 3 séries x 6-8, 8-10, 10-12 reps (reverse pyramide)

Elévations latérales haltères : 4 sets x 15-30 reps

Crunchs : 3 sets x 20-30 reps

 

Entraînement B :

Squats : 5 sets x 6-8 reps

Fentes arrières : 3 sets x 12-15 reps par jambes

Romanian Deadlifts: 3 sets x 10-15 reps

Mollet debout à une jambe avec haltères : 3 sets x 15-20 reps

Shrugs (haltères ou barre): 3 sets x 15-25 reps

Planche : 3 sets x 30-60 secondes

 

Entraînement C :

Développé couché : 3 sets x 4-6, 6-8, 6-8 reps (reverse pyramide)

Dips: 3 sets x 10-12 reps

Curls Inclinés haltères : 4 sets x 12-20 reps

Hammer Curls: 3 sets x 10-12 reps

Face Pulls: 3 set x 15-20 reps

Relevé de jambe au sol : 3 sets x 20-30 reps

 

Progression :

Pour les reverse pyramide : arriver à la fourchette haute de répétitions puis augmenter le poids de 2 à 3 % en repartant de la fourchette basse. Si c’est facile, vous pouvez augmenter le poids pour tout les séries, sinon seulement une par une.

Pour les séries classiques :

  • Moins de 12 reps : si c’est facile augmenter le poids de 2 à 3 % (du poids total) pour chaque série, si la dernière série est difficile (intensité > 8/10), alors augmenter le poids pour une seule série
  • Plus de 12 reps : ajouter une répétition par série si l’exercice est facile, mais si c’est difficile dès la 3eme ou dernière série, ajouter une répétition une seule série à la fois par entraînement

 

  1. Full body : niveau intermédiaire et +

Attention, cette template d’entraînement est très brutale et n’est pas forcément le bon choix si vous débutez. De plus, il va falloir optimiser la récupération et l’alimentation. Elle est inspirée de la méthode 5/3/1 de Jim Wendler, avec une partie force et le reste axé hypertrophie et volume.

Avant de démarrer il va falloir tester son 1 RM pour le squat, le développé couché, le soulevé de terre et le développé militaire.

A partir de ça, on va utiliser comme référence un max d’entraînement, de 90 % du 1 RM. Cela permet de mieux gérer le volume et surtout de ne pas se mettre en danger en voulant aller à l’échec si vous n’avez pas de spotteur.

Exemple : avec un 1 RM au squat de 130 kg, le max d’entraînement sera de 117 kg. Les % d’entraînement seront donc calculés avec ce poids-là.

Cette template se fait sur 4 jours même s’il y a la possibilité de la faire sur 3 jours en étalant comme ça :

Semaine 1 : A,B,C

Semaine 2 :D,A,B

Semaine 3 : C,D,A…

 

Entraînement A :

Soulevé de terre : 5@65%, 5@75%, 5+@85% (du max d’entraînement) Possibilité d’aller au max sur la dernière série et de chercher un record personnel (je ne conseille pas de le faire à chaque fois).

Développé couché (ou décliné) : 5 séries x 10 reps @50%

Rowing à la barre : 3x12-15

Dips : 3x10-12

Face Pulls : 3x15-20

 

 

Entraînement B :

Squat : 5x10@50%

Développé militaire : 5@65%, 5@75%, 5+@85%

Elévations Latérales : 4x15-25

Oiseau buste penché : 3x15-25

 

Entraînement C :

Squat : 5@65%, 5@75%, 5+@85%

Développé militaire : 5x10@50%

Fentes arrières : 3x12-15

Extensions triceps couché (haltères ou barre) : 3x12-20

Crunchs : 3x20

 

 

Entraînement D :

Soulevé de terre : 5x10@50%

Développé couché : 5@65%, 5@75%, 5+@85%

Développé incliné : 3x-10-12

Curl à la barre : 3x12-15

Curls incliné : 3x12-20

 

Pour les séries de force, il faudra ensuite augmenter les pourcentages sur les semaines suivantes :

Semaine 2 : 5@70%, 5@80%, 5+@90%

Semaine 3 : 5@75%, 5@85%, 5+@95%

Cela fait un cycle de force. Ensuite il convient d’augmenter le max d’entraînement de 2 à 4 kg puis de repartir pour un nouveau cycle.

Pour le reste, même logique de progression que sur la première template.

 

  1. Hypertrophie Standard & complet sur 4 jours : niveau débutant / intermédiaire

 

Entraînement A : Pectoraux & biceps 

Développé décliné barre : 4x10

Développé incliné haltères : 3x10

Pull-over : 3x12-20

Curl Incliné : 4x-15-20

Curl barre : 3x12-20

Crunch : 3x20-30

 

Entraînement B : Dos & triceps, épaules

Tractions pronation : 4x7-12 (lester si facile, s’assister avec une bande de résistance si trop difficile)

Rowing barre : 4x12-20

Rowing haltère un bras : 3x12-20

Extension nuque assis à deux mains (barre ou haltères) : 3x15-20

Barre au front : 4x12-20

Gainage oblique : 3x30-60 secondes

 

Entraînement C : Jambes

Squat : 4x10

Fentes avec haltères : 3x12-20

Soulevé de terre jambes semi-tendues (ou roumain) : 4x10

Hip Thrust : 3x12-15

Mollet debout à une jambe avec haltères : 3x15-25

Gainage : 3x30-90 secondes

 

Entraînement D : Rappels & Epaules

Développé couché avec haltères : 4x12

Rowing barre supination : 3x12-20

Elévations latérales : 4x15-30

Oiseau sur banc incliné : 3x15-30

Développé militaire (barre ou haltères) : 3x12-20

Enroulement de bassin au sol : 3x15-25

 

On peut également faire de très bons split à 5 jours par semaine pour un programme prise de masse mais personnellement je ne m’entraîne pas plus que 4 fois par semaine donc je ne peux pas vraiment proposer de template ici.

 

Vous pouvez parfaitement alterner entre ces 3 templates.

Ce que je vous conseille c’est de démarrer avec la template 1 (si vous débutez commencez avec des petites charges et augmentez progressivement) pendant 6 mois.

Ça vous permettra d’augmenter votre force tout en stimulant assez de fibres musculaires pour générer de l’hypertrophie myofibrillaire grâce à la tension mécanique (cela fait gagner visuellement moins de masse musculaire mais plus de densité musculaire et c’est ça qui permet de garder masse musculaire dense sur le long terme).

Cette force vous permettra également d’augmenter la tension mécanique générés sur des séries plus longues car vous pourrez supporter plus de poids.

Vous pourrez ensuite enchaîner la template 3 pour vous concentrer sur l’hypertrophie avec un niveau de force plus élevé qu’au démarrage de la template 1.

Ici vous allez également générer de l’hypertrophie myofibrillaire et de l’hypertrophie sarcoplasmique (avec notamment l’effet de pump et la congestion).

Je vous conseille de suivre ça avec des cycles de progression pendant au moins 6 mois.

Puis si vous voulez varier un peu et avez envie d’un challenge, vous pouvez passer à la template 2 pendant 3 à 6 mois, pas forcément plus car c’est assez intense.

Vous pouvez bien sûr modifier des variations d’exercices en fonction de vos possibilités et référence.

 

Le mot de la fin

Cela reste des templates, vous devez bien sûr les personnaliser pour progresser le plus longtemps possible, mais c’est déjà un bon point de départ pour les premiers mois d’entraînement.

Vous devrez ensuite approfondir vos connaissances afin de personnaliser au mieux votre entraînement pour vous et bien évidemment, optimiser votre alimentation également.

En effet il y a une énorme différence au niveau des résultats entre quelqu’un qui applique seulement des programmes d’entraînement, qu’ils soient gratuits ou payants, (et c’est déjà bien pour la plupart des personnes)

Contre quelqu’un qui cherche en plus à comprendre les choses, à se former et qui veut personnaliser au mieux son entraînement.

 

C’est pourquoi en complément des articles que j’écris comme celui-ci où je ne peux pas tout traiter, je propose des formations complètes et des plans d’actions étape par étape spécifiques par objectif sur mon site.

En plus de proposer du matériel de qualité pour construire ou compléter votre Home Gym.

Et ça pour moi c’est très complémentaire pour optimiser son entraînement et maximiser ses résultats puisqu’on peut contrôler toutes les variables (pas de risque que la salle soit fermée par exemple).

Ce sont les deux options les plus accessibles pour tout le monde.

Pour ceux qui veulent aller plus loin, je propose également des services de coaching, de personnalisation et de suivi individualisé pour l’entraînement et la nutrition afin de vous proposer une solution sur-mesure adaptée à votre unicité, vos particularités et vos objectifs.

 

Bon entraînement !

 

Thibaut,